FLAVOURS PODCAST #07 : GVL

GVL

GVL : de Landerneau à ses premiers émois électro

Originaire de la ville qui accueille le festival de La Fête Du Bruit, pas étonnant que notre artiste breton se soit naturellement tourné vers la musique. Le Finistère regorge d’événements et l’influence du festival Astropolis à Brest ainsi que de Panoramas à Morlaix a ainsi attiré l’attention de Nicolas Guevel, alias GVL. Happé par les musiques électroniques, il commence alors à s’investir dans la vie nocturne et fonde un premier collectif pour organiser des soirées dans sa ville natale. Après une parenthèse étudiante à Saint-Brieuc et quelques fêtes au compteur, il revient dans sa région natale pour passer un cap supérieur et commence à se produire sur scène en tant que DJ. C’est à partir de ce moment que sa notoriété commence à grandir.

Sur la route de la maturité

Avec le temps et les rencontres sa sélection se peaufine. S’il est d’abord attiré par la techno et ses sous-genres, c’est désormais dans une esthétique plus douce que GVL concocte ses mixes, entre house et nu:disco, avec une technique de mix sans fioritures. Il faut dire que l’artiste n’a pas arrêté de jouer cet été, entre deux confinements, et s’est aussi rapproché de l’association brestoise Bside qui possède également une émission de radio. Avec la présence de plusieurs collectifs en son sein, Brest est une ville qui bouillonne de soirées et est habituée à recevoir des événements électro grâce à la notoriété du festival Astropolis. Il a pu s’illustrer dans des événements bien connus des brestois comme Skivgarde ou même Landern’ectro, un concept de soirée électro basé à Landerneau qui, avec le jeu de mot, annonce toujours une bonne tranche de rigolade. Aucun doute sur le fait que GVL se retrouve sur de beaux plateaux une fois que la situation sanitaire sera terminée !