INTERVIEW : MR TOUNU | REPORT PANORAMAS 2017

Membre actif du jeune collectif morlaisien La Menuiserie !

Mr Tounu est un artiste complet, aussi à l’aise pour mixer de la trap, que de la bonne techno old school ou du gros gabber. Le festival Panoramas ne s’est donc pas trompé en invitant cet étudiant en Arts pour revêtir cette année le rôle de Dj interplateaux. Il sort encore d’une année riche en projets, en sorties, un an après avoir retourné le chapiteau avec sa clique lors de la précédente édition du festival. On l’a retrouvé samedi soir et on a décidé de lui poser quelques questions. Mr Tounu nous parle de ce rôle de l’ombre, pourtant essentiel à la bonne ambiance du festival.

Photo de couverture : © DAVID ANTUNES

 

Comment ça va Mr Tounu ?

Ca va, un petit stressé de jouer devant autant de monde.

Comment ça s’est passé pour toi hier soir ?

Super bien, je crois que j’ai réussi à faire bouger le public à coup de kicks de ma sélection hardcore. (On vous rappelle que la soirée du vendredi accueillait des grands noms du genre : Angerfist, Le Bask ou encore le crew TelescoP).

Peux-tu nous éclaircir un peu sur le rôle du dj interplateaux ?

Il faut garder le public au top du niveau où l’a laissé le dernier artiste, pour le relancer sur le prochain. C’est un vrai travail de transition, il faut faire tenir la tension. C’est un exercice difficile puisqu’il faut aller chercher dans des playlists où les morceaux vont être toujours plus percutants les uns que les autres, et tout ça en seulement 20min.

 

Que font tes collègues de la Menuiserie pendant ce temps ?

Cette année on s’est vraiment concentré sur les Before du festival, sur le bar VIP aussi. Mais on a tous tenu à être présent, on ne va quand même pas rater les 20 ans !

@ Menuiserie Records FACEBOOK

Justement, ça représente quoi pour toi les 20 ans du festival ?

J’ai grandi avec le festival. Je me rends compte qu’on entre vraiment dans une nouvelle ère pour la musique électronique, ça devient quelque chose de normal et d’accepté, il n’y a plus ce côté marginal.

Des artistes à conseiller ?

Paula Temple pour la fin, Voiron parce qu’on l’a déjà reçu au club Coatelan et qu’il est incroyable.