VOICELESS @ NANTES

Voiceless fait partie de ces collectifs qui façonnent la scène électronique nantaise, tout en restant volontairement discret et humble. Il a été fondé par Alëx, Damien (ARCH/) et Gabriel en 2011 avant que Thomy ne les rejoigne. Ils défendent une musique minimaliste mais ne s’interdisent aucun style. Connus notamment pour leurs événements à l’Insula, où ils ont invité de grands noms de la scène électronique : Vera, Priku, Andrew James Gustav, Federico Molinari, Markus Sommer etc…

Fresh Flavour est parti à la rencontre de Thomy et Alëx un après-midi ensoleillé à Nantes place Graslin pour en apprendre un peu plus sur Voiceless, son origine, ses ambitions et ses valeurs.

Voiceless, pourquoi ce nom ?

Voiceless (Sans Voix), parce que globalement ça correspond au genre qu’on défend et en opposition à une musique dite plus ‘’commerciale’’. Ça correspond également à ma personnalité assez discrète (Alëx). Et pour finir ça reflète un peu notre façon de faire de la com’, de pas trop en faire, on tente de rester minimaliste de ce côté-là aussi.

Comment vous êtes-vous rencontrés, quelles ont été vos premières soirées électro ?

Alëx : Gabriel (qui vit aujourd’hui à Berlin) je l’ai rencontré en club y’a 10 ans, on avait déjà sensiblement les mêmes goûts. Pour Thomas, ça devait être sur myspace, je me souviens qu’il cherchait un morceau dans un mix et il se trouvait que je l’avais. Pareil ça doit bien faire pas loin de 10 ans.
Ce qui m’a emmené vers la musique plutôt minimaliste et donné envie d’en jouer c’est sûrement les soirées Nobody’s Virgin organisées à l’époque par Raphaël (Fragil).
Thomy : Pour ma part c’était les Modern à Angers organisées par Arno Gonzalez.

Le pingouin sur votre logo a-t-il une signification particulière ? On a aussi remarqué la grande qualité de vos affiches, est ce que vous pouvez nous en dire plus sur votre graphiste ?

Alëx : j’avais eu l’idée de caser un pingouin je sais plus trop pourquoi au début, puis c’est resté. Tout comme le logo c’est ARCH/ qui nous fait nos flyers et posters à chaque fois. On a souvent de bons retours donc ils ont désormais carte blanche.
On trouve ça important de se différencier à ce niveau-là.

Vous êtes installés à Nantes, mais dans quelles autres villes avez-vous aussi joué ?

À Vienne en Autriche (Pratersauna), à Berlin (Neue Heimat, Griessmuhele…) Londres, Paris, Brest (Astropolis), Angers (Modern Festival), Bordeaux etc.. On retourne à Londres en Mai et très probablement à Berlin cet été.

Parlez-nous un peu de vos prochains événements, et de vos nouveaux projets.

Prochaine soirée à Nantes le 8 avril à Insula, avec une tranche horaire exceptionnelle de 22h à 5h. On invite deux DJ’s de Francfort qu’on affectionne tout particulièrement et qui représentent assez bien la nouvelle scène électronique : Thilo Dietrich et Max Vaahs (qu’on invite pour la seconde fois). Ces deux gars sont de gros tueurs qui ont pour habitude de jouer avec les plus grands comme Ricardo Villalobos ou Onur Özer. 
 On organise aussi une soirée le 28 avril au Club 25 avec un autre super DJ !
En ce qui concerne nos projets, ça faisait un moment que ça restait dans un coin de notre tête, on attendait le bon moment et finalement le label devrait voir le jour avant l’été !

Retrouvez l’événement ici !

Que pensez-vous de la scène électronique nantaise, de votre public ?

Que du bien, ça fait 3, 4 ans que c’est en plein boom, le public de plus en plus connaisseur répond présent tous les weekends où il peut choisir entre minimum 3 ou 4 événements de qualité. Tous les collectifs s’entendent super bien, je pense que y’a qu’à Nantes qu’on peut voir ça d’ailleurs. Chacun possède son propre style, personne ne se marche sur les pieds. D’un point de vue plus personnel on essaie sans cesse de faire découvrir de nouvelles têtes lors de nos events. On a la chance de pouvoir se permettre d’inviter des artistes pas encore forcément connus mais qui nous ont toujours agréablement surpris quand on les a vu jouer.

Quel est votre plus beau souvenir avec Voiceless?

Difficile à dire, c’était sûrement à l’Insula en coprod avec Input Selector, un dimanche début 2014 où on avait invité Francesco Del Garda et Hubble (live + DJ set). On avait fait une teuf de 14h à 2h où on s’était motivé à proposer dans une autre salle : jeux vidéo, coin cuisine, coin chill, vente de vinyles etc… Toujours avec Input Selector on s’était fait plaisir avec une teuf de 17h à 7h (on aime quand ça dure !). On garde aussi d’autres très bon souvenirs à l’Insula avec Priku, Vera ou Andrew James Gustav où la vibe était particulièrement dingue.

Quel est l’événement que vous attendez avec impatience ?

Comme énormément de nantais, je pense qu’on attend tous le festival Paco Tyson.
On a hâte de voir ce que toute l’énergie de la ville peut donner le temps d’un weekend ! Après on a pas mal d’événements à venir avec des artistes super excitant…
NDLR : Pour le festival Paco Tyson, Thomy jouera dans la caravane de la station rose, alors qu’Alëx jouera sur la scène House le samedi.

Y-a-t-il un festival qui vous donne particulièrement envie ?

On avoue ne pas être très festival à la base, on préfère les ambiances intimistes où on peut écouter le set entier d’un DJ sans être frustré d’en louper un autre. On n’a toujours pas fait le Sunwaves mais ce qui nous attire le plus serait l’un de ces festivals à l’est de l’Europe où il se passe tellement de choses en ce moment comme le Closer en Ukraine.

Quels artistes vous inspirent le plus ?

Il y en a tellement même des artistes qui viennent pas de la musique électronique. On se doit quand même de citer ZIP pour une multitude de raisons. Pour le côté recherche de nouveaux sons permanente (diggin’) qui nous correspond pas mal, Francesco Del Garda ou Nicolas Lutz restent des modèles. Quant aux petits nouveaux on gardera Mattia Lapucci et Jordan Magee 

Multes remerciements à VOICELESS pour cet interview précieux ! Leur page FACEBOOK se retrouve ICI