LA COMÈTE CATAPULTÉE PAR I’M FROM RENNES

Une rentrée secouée avec I’M FROM RENNES !

L’organisme I’M FROM RENNES a pour habitude de fêter la rentrée avec dynamisme durant le mois de septembre. Cette année encore, nous avons pu revisiter la ville de Rennes en profitant de diverses animations, centrées majoritairement autour du partage de musiques de divers genres : électronique, pop, rock, hip hop etc.

Toutes photos © Mouna Saboni

Rappelons le concept de cette belle série d’événements culturels : 12 jours ont été dédiés à cette 6e édition, rassemblant un public hétéroclite, estimé à 18 500 personnes. Concerts en extérieur mais aussi en intérieur : en appartement, au Parc Thabor, lycée, salles de spectacles, une des futures stations de métro en chantier…. La diversité des lieux et des groupes de musique présentés ont une nouvelle fois fait la force et la réelle attractivité d’I’M FROM RENNES.

L’équipe de Fresh Flavour a tenté de suivre le rythme et décidé de venir soutenir l’événement “Comètes”. De belles associations locales se sont associées pour mettre en oeuvre un open-air à Charles de Gaulle suivi d’une soirée concert à l’espace du Liberté, en centre-ville.. Nous avions déjà annoncé cette soirée dans un de nos articles. Ainsi, le rendez-vous était pris avec des artistes de Vielspass, Midi DeuxChevreuil, ÖND & La Tangente, ainsi que tout leur crew pour articuler cette manifestation culturelle le 22 septembre dernier.

Nous avons profité d’un climat plutôt chouette, qui nous a permis d’apprécier le grand air en toute convivialité. Comme vous avez pu le voir dans l’aftermovie réalisé par : Nora Khalloul / François Le Gouic / Quentin Mahéas / Gilles Pensart / Benoit Thibaut, l’ambiance y était, entre chill et après-midi dansant pour profiter de la douceur de la fin de journée. Le commencement d’un bon week-end sympathique à Rennes !

Les premiers tons furent donnés par Antoine Pamaran et Hidem en B2B, suivi d’une bonne house rafraîchissante avec Blutch et Vanadís B2B Dorian Silureman pour accompagner la tombée de la nuit. Il est vrai qu’avec un tel duo à la fin de cet open-air, et d’autant de bonnes vibes, difficile de ne pas être entraîné vers le Liberté !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On y rentre donc, le public se fait de plus en plus curieux devant les deux scènes proposées. Le petit hall est aménagé avec des hamacs, une initiative qu’on a adoré ! Comme pour signifier que l’été n’était pas terminé (tout se joue au mental), il était vraiment agréable d’apprécier la musique le temps d’une pause, bien allongé. Le petit hall, qui en fait représentait l’espace entre le coin fumeur et le grand hall, disposait aussi de fauteuils et d’un 2e bar : confort assuré, que demander de plus !

Pour respirer, on bénéficiait d’un espace charmant légèrement végétalisé à ciel ouvert. Le Liberté, sacré complexe et salle de spectacle, permettait au moins de se caler à n’importe quel endroit au propre et sans besoin de se serrer les uns aux autres. Un choix de lieu qui a visiblement satisfait le public. Le Liberté étant à taille humaine, il était difficile de s’égarer pendant des heures ! Au contraire, on approuvait de pouvoir flâner sans la pression de perdre ses amis.

On vous remémore la programmation par horaires :

Grand Hall


Petit Hall

Les premières notes furent comme l’apéro, un tantinet pétillantes, mais restant légères, nous faisant taper de la patte assez joyeusement mais sans plus. Vers 22h, on s’y attendait, on a ainsi pu focaliser notre oeil sur la scénographie du Grand Hall : épatante muraille que voilà ! Plusieurs images nous sont venues à l’esprit : immense orgue, ambiance à la Tron…. ça fusait plutôt bien et loin. On peut dire que les artistes à si grande hauteur (7 mètres !!) nous impressionnaient.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comètes nous a fait faire un voyage futuriste, guidé par une musique et une ambiance montant en puissance au fil des heures. Françoijak avait amorcé le décollage, la salle se remplissant de plus en plus. Alex From Tokyo, le guest de la soirée, a amorcé la transition entre house et techno tout en maîtrise, avant qu’Abile ne prenne le relais et balance quelques missiles, après nous avoir offert une techno mentale en début de set. Alors que la soirée bat son plein, c’est CALCULTA qui est chargé de guider la fusée Comètes jusqu’à la stratosphère. Mission réussie et de belle manière puisqu’il a étalé son large registre, au travers d’une sélection parfois sans concession. Pour faire redescendre la pression et terminer la soirée, c’est un morceau de rap qui a été choisi et pas n’importe lequel : « Les Princes de la ville » de 113. Assurément, les princes de la ville étaient présents, et durant cette soirée c’est la musique électronique qui a été reine.

Pour finir, nous énoncerons toutefois quelques frissons froids qui nous ont piqué au Grand Hall, de par le léger manque de couleurs vives et variées à certains moments, et d’une techno assez hostile bien que très énergique. Et nous honorerons ce Petit Hall qui a maintenu un tempo de dingue !

Une soirée riche en souvenirs, qui a prouvé à quel point la scène rennaise était talentueuse et prête pour organiser des événements d’une telle ampleur, avec un line-up presque exclusivement composé de DJ locaux.

Nous tenons à saluer le fabuleux travail encore cette année de l’organisme I’M FROM RENNES qui a, une nouvelle fois, réussi à dynamiser notre rentrée en musique.

C’était : 25 lieux différents et 40 partenaires qui ont donné leur confiance au festival, qui “continue à chercher dans le tissu économique local des professionnels et leurs compétences pour partager cette expérience”.

La volonté reste intacte de mettre un coup de projecteur sur des scénes talentueuses, les regrouper et les faire se croiser et se rencontrer.

A l’année prochaine !