QUELQUES PASSE-PASSES AVEC PHONOSPHERE @ RENNES

Un tour sphérique en musique avec PHONOSPHERE, collectif basé à Rennes !

Montrant déjà de beaux talents et rapides progrès sur la scène électronique rennaise, on vous emmène faire un tour dans leur sphère !

On a salué Sidney, qui est le président de l’association mais également artiste DJ. L’association a été déposée en mars 2016 et fait surface depuis récemment. Phonosphère se traduit par PHONO pour le son, et SPHERE qui représente leur propre univers. A l’origine, les 4-5 membres du collectif avaient leurs propres activités et soirées chacun dans d’autres crews. Puis ils ont souhaité mutualiser leur savoir-faire et intérêts pour former leur propre entité !

 

A savoir que Phonosphère a soufflé ses premières bougies récemment, une belle année qui marque un bon développement et une vraie évolution. Désormais, ils s’exportent à Nantes, notamment au CO², les Caves…. Si nous pouvions résumer le collectif en quelques mots : c’est propreté musicale et la passion de partager avant tout leurs pépites ! Majoritairement axés house pour leur moment dans leurs événements, ils ne manquent jamais de nous faire de belles surprises musicales de jour en jour. Ces sympathiques cosmonautes sont dotés d’une belle panache dans les projets qu’ils entreprennent.

Les résultats sont souvent dû aux efforts réunis et on ne peut pas dire qu’ils chôment beaucoup. En avant pour quelques questions !

○ Sidney, comment pourrais-tu donc décrire la 1ère fois sur scène, c’était comment ? Et où ?

La toute première fois c’était au Plaisir Démodé (Rennes) puis on s’est lancé à la Contrescarpe : pour vous résumer, il s’agissait d’une soirée payante, et axée très house. Yann Polewka (Imported Paris, Organisme Texture) était d’ailleurs présent, son soutien nous était important pour une première ! Yann est un artiste et organisateur d’événements du coin, mais cela fait déjà un moment qu’il a intégré le vivier culturel rennais, que ce soit avec son collectif, qu’en tant qu’artiste, très groovy !

C’était un mercredi, en pleine semaine, et malgré ce fait, les gens sont vraiment sortis, ça été un beau succès on a été agréablement surpris ! On a su qu’à partir de ce moment-là on était prêt pour la suite. Le déclic était fait. Et enfin dernièrement au 1988 Live Club, encore un beau carton qui a déclenché le vrai mouvement. On sentait que le public dansait réellement à notre rythme et se retrouvait bien notre musique !

○ Vous êtes combien d’artistes à jouer dans le collectif, qui êtes-vous ?

Nous sommes 5 Djs ! CZR qui est quasi résident à la Rennes du Bal et qui est focalisé sur : la Micro/Minimal/DubTechno/Ambient/IDM, RAGNAR avec la techno, GORDON plutôt en deephouse et house, FISSION pour de la techno aussi & minimale, PANTHERA en afro house, et moi-même, Sidney qui joue principalement de la techno, acid et house ! Dernièrement on a accueilli PM qui fait de l’acidcore, rave, et qui est notre graphiste !

 

○ D’ailleurs votre logo…. ?

C’est bien PM qui l’a réalisé ! On a vraiment repris l’image de phonographie et le côté sphère de notre concept. Un bon mélange qui montre une complémentarité entre les deux éléments qu’on désirer mixer.

○ Ca fonctionne comment chez Phonosphère, vous êtes combien ?

On est 10 ou 15 en comptant de petites mains extérieures qui nous aident bien durant l’application de nos événements.
Moi-même et Gordon sommes les fondateurs de Phonosphère. Je suis originaire d’AIX et Gordon vit à AIX. Mais on a décidé d’établir nos bases à Rennes (là où Sidney étudie et travaille) car le potentiel est bien plus intéressant et attractif, le public y est !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

○ Sidney, parle-nous aussi de ton crew, comment vous êtes-vous rencontrés ? Que penses-tu de la génération d’aujourd’hui, es-tu heureux d’être né parmi elle ?

A base de l’asso ce sont des amis d’enfance, avec qui on a fait nos premières soirées, première teuf, premier petit mix sauvage. Puis rapidement à la création du groupe, des gens de mon entourage de soirée, de fac ou autres se sont greffés au projet.

On est tous sur la même longueur d’onde, et nous voulons « faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux ».

Voilà un peu notre façon de fonctionner et de voir les choses. Concernant la génération actuelle, à nos yeux la techno commence à avoir une très et sûrement très grosse notoriété. Ça casse un peu le délire underground, des soirées connues avec aussi la part de vrais amoureux du son dans des lieux complètement ouf. Mais cette démocratisation a aussi des avantages, il faut que ça reste, se maintienne à un certain équilibre, sinon le charme des événements culturels liés à la musique électronique risque de disparaître.

○ Ta rencontre avec la musique électronique ?

Pour moi et Gordon, on a découvert la musique électronique comme un délire au collège, à l’époque rebelle de Justice, et la techno plutôt fin du collège, qui s’est suivi de bien de sorties festives. Un délire qui a bien évolué depuis haha ! Nous voilà sur scène.

Au final, notre premier concert de Moderat à Aix a sûrement été le gros déclic pour nous.

 

○ Des inspirations musicales que vous pouvez nous citer ?

Sidney : DJ PIERRE, Derrick May… On est une association assez house à l’origine, ainsi Théo Parrish est également une belle pépite à nos yeux.

○ Si vous ne deviez pas rater un événement à venir, ce serait lequel ?

Astropolis et Dour cet été ! Et pourquoi pas le Visions Festival également, le lieu est très atypique ça donne du rêve ! Sinon les deux autres pour leur line-up classique est juste géniale.

 

 

○ Phonosphère phonosphère, si une téléportation planétaire pouvait se faire, là maintenant, dans quel endroit ou type d’endroit tu adorerais jouer ou voir jouer tes artistes favoris ? 

Aahah pourquoi avoir dans mon jardin en teuf avec mes potes, une line-up composée de Ricardo Vilalobos, Sven Vath, James holden, Fumiya Tanaka, Minimum Syndicat et avec Phonosphère qui bouche les petits trous (rires).

○ Plutôt indoor ou open air ? 

Open air ! C’est bien plus chouette d’avoir un paysage sympathique en plus de bon son, que d’une simple salle de concert ou club.

○ Comment tu aimerais te voir dans 5 ou 10 ans au sein de ton collectif ? Un peu de rêve ne fait pas de mal ! 

Le rêve ultime dans le collectif serait d’être à la tête d’un événement annuel réunissant plusieurs arts (la musique restera tout de même la base) dans un lieu magnifique. Et que cet événement devienne institutionnel en France dans la promotion culturelle : un événement majeur du calendrier culturel annuel, qui sort des chemins pris par la plupart des festivals où ils font jouer souvent les mêmes artistes.

○ Ton dernier pic de bonheur à une soirée électronique et ton dernier couac qui t’as fait rougir…. ?

Ma première au 88 de Rennes avec Phonosphere. Je me suis vraiment éclaté et le public était vraiment bien réceptif au son. Le dernier couac jusqu’à m’en faire rougir, j’en ai pas trop eu (heureusement). Disons il y a 2-3 ans, où j’ai joué à une soirée étudiante, je me suis un peu lâché dans des morceaux légèrement moins mainstream. Résultat : quelqu’un est venu me voir sur scène et m’a demandé de mettre des “sons mieux” …..

 

○ Et que penses-tu de la scène électronique rennaise et des autres collectifs, un mot à leur dire ?

Il y a vraiment une grosse scène électronique à Rennes , avec bien de collectifs de qualité ça bouge vraiment énormément ! Les petits collectifs devraient toujours et encore s’associer de façon transitoire pour produire des événements originaux et signé à leur sauce.

Que leur crier ? Continuez comme ça, pas de confrontation de mon côté. On continue de s’entraider et merci à eux, c’est de bonne augure pour continuer à faire bouger Rennes et ses alentours.

○ Des projets futurs ?

Cet été on a plein d’idées en tête, dont de l’Open Air, plus de regroupements de collectifs sur les platines à Rennes, plein de belles choses qu’on a hâte de partager !

 

Jolie virée cosmique avec les Phonosphère, merci à eux pour leur attention !

@ Phonosphère invite Mézigue au CO² à Nantes 29.09.17