INTERVIEW : PADME

padme1

Photo de couverture : @ EAGERVISION & photo à la une : @ SOLARIS

De ses débuts à Lisieux Padme a fait beaucoup de chemin depuis. Artiste humble et sans prétention, nous lui avons posé quelques questions.

1/ Salut Padme ! Quand nous avons entendu parler de toi tu étais en Normandie. Aujourd’hui tu habites à Paris et tu as également un lien avec Londres où tu joues souvent. Peux-tu nous expliquer ce parcours et les attaches que tu as dans ces villes ?

J’ai commencé à Lisieux à l’âge de 16-17 ans à mixer dans des soirées de potes, puis j’y ai pris goût et je voulais continuer, rendre ça « public ». J’avais envie de partager ma musique avec des gens que je ne connaissais pas, c’était un peu un besoin vital. J’ai rencontré la Solar Family 3 ans après, entre Lisieux et Caen, où mes soirées ont toujours été très différentes. C’est ce qui fait que j’y suis attaché, j’adore jouer à Caen car il y a un public très dynamique et super réceptif à la musique électronique. J’aime aussi jouer à Lisieux car c’est ma ville natale, il y a un côté plus « authentique ». Je vis maintenant sur Paris et j’ai découvert que c’est vraiment une cité riche en matière de son. Puis de fil en aiguille, de contact en contact, j’ai rencontré Rachid et Ramzi, les fondateurs de Eagervision Records, ils m’ont invité à jouer la première fois en novembre 2015 au Trapèze Basement Club avec Axel Picodot. Jouer à Londres, c’était extrême, un pas en avant, c’était fou ! Je suis tombé amoureux de cette ville 3 ans plus tôt, et y jouer c’était vraiment un de mes rêves les plus chers.

 

2/ Comment es-tu « tombé » dans le monde de la nuit ? Es-tu un clubber assidu, ou plutôt « easy listener » sur ton canapé ou un peu des deux ?

Je ne suis pas un clubber, le monde de la nuit je l’aime comme je le déteste. Je ne suis pas quelqu’un qui aime les after, je suis plutôt du genre à participer à des évents qui commencent à 16h et qui finissent tranquillement à 1h ou 2h du mat’. Je suis plus de ce public là, moins solo sur la piste. Plus tard j’aimerais pouvoir me lever tranquillement le matin à 8h, partir au taf’, jouer à 11h et finir à 17h. Au final, vivre un quotidien presque comme tout le monde. Je rêve de la teuf H24, 7j/7j, quand tu veux, où tu veux, et pas seulement la nuit, haha.

3/ Aujourd’hui on trouve et on achète de la musique un peu partout, soit chez les disquaires, soit sur Internet. Comment t’approvisionnes-tu, est-ce que tu as des habitudes ou techniques pour préparer tes sets ?

J’ai la chance de vivre à Paris aujourd’hui et c’est sans doute, selon moi, la ville la plus enrichissante d’Europe en matière de musiques électroniques. Les disquaires sont vraiment à jour et te commandent ce que tu veux ! Je vais souvent à Techno Import pour fouiller dans les vieux trucs comme dans les nouveaux, je fonctionne vraiment au coup de coeur. Je joue des deux, vinyles ou mp3 : tout dépend de comment je me sens, à l’aise ou non. Je ne prépare pas vraiment mes sets, je prends toujours tout un tas de vinyles ou de mp3, même si je ne les joues pas forcément, ça dépend de l’ambiance etc, je joue vraiment selon et avec le public.

4/ Tu fais partie de la Solar Family et également d’Eagervision Records. Quelle est la différence entre ces deux entités, quels sont les plus gros événements où tu as joué et quel rôle joues-tu dans ces deux familles ?

Cela fait maintenant 3 ans que je suis dans la Solar Family, c’est vraiment une association de potes, on est une vraie famille : on se parle tous, tous les jours. J’y joue le rôle du petit frère, sachant qu’ils ont tous minimum 10 ans de plus que moi, j’en apprends tous les jours : de la valeur du son, de la fête etc… Professionnellement parlant, je cherche toujours à organiser des fêtes, à faire évoluer notre association etc.. et tout cela est très convivial. Le plus marquant dans mes soirées avec la Solar Family, c’est sans doute une de mes premières soirées dans un petit bar à Lisieux qui s’appelait « le petit bistrot », on s’y était tous regroupés pour passer des skeuds chacun son tour. On avaient même invité JEROME PACMAN et PEPPERPOT, c’était vraiment fou !

Pour ce qui est d’EagerVision, c’est plus un projet professionnel, centré sur ma vie professionnelle à long terme. Rachid et Ramzi, les fondateurs du label, sont de vrais passionnés, et veulent vraiment faire bouger Londres, encore plus que maintenant, à leurs manières et leurs manières me plaisent. Pour l’instant, je suis un DJ de chez eux, et vivant à Paris pour l’instant, il est compliqué pour moi d’organiser des évents là bas, mais je compte partir vivre à Londres courant 2017. Mes plus gros évents avec eux, c’était à ACE HOTEL à Shoreditch. J’y ai joué 3 fois dont 2 en B2B avec le dj R-VAN (Ramzi, un des fondateurs de E.V), c’était fou : une vue magnifique sur la City, un rooftop grandiose. C’était une chance inouïe.

5/ Ton nom de scène (Padme) nous fait beaucoup penser à une certaine actrice dans Star Wars … Coïncidence ?

Haha, c’est une question qui me revient très souvent, mais ça me parait normal d’y penser. À la base je voulais un nom de scène assez frais, voire féminin, et j’adore cette princesse, mais ce n’est pas a 100% en liaison avec Star Wars. Mes amis ont commencé a faire de nombreux jeux de mots sur ce nom, ça me faisait rire donc je l’ai gardé et bien adopté ! 

6/ Quelles sont pour toi les adresses incontournables quand on veut sortir en Normandie pour manger, boire, danser ?

Faites un tour chez PAUSE à Lisieux pour boire un coup, et manger. C’est un ami qui tient ce restaurant et il est aussi de la Solar Family, c’est très chouette, et en plus on y bouffe super bien ! Pour danser, faudra faire quelques kilomètres dans l’ouest, à Caen, mais honnêtement depuis que j’habites à Paris je ne sais plus vraiment ce qu’il s’y passe. Mais j’y ai quand même de bonnes adresses comme La Garsouille (house) et EC’TO BAR (techno) qui ont de bonnes bières, du bon sons et des gens vraiment réceptifs à la musique. D’ailleurs nous avons une résidence à La Garsouille une fois par mois avec la Solar Family.

 

7/ Est-ce que 2016 est une bonne année pour toi, que peut-il se passer de bon pour 2017 ?

Dans l’ensemble, oui je suis content, j’ai avancé mais sans me précipiter. EagerVision est vraiment l’étoile de l’année pour moi, avec de beaux projets qui arrivent. J’ai probablement joué sur le plus beau rooftop de Londres à Ace Hotel, et tout ça grâce à eux, parce qu’ils croient vraiment en moi et je les en remercie encore. Un autre beau souvenir : quand j’ai joué en début d’année pour la soirée CORPO ECO CAEN. Un bel échange avec le dj ATOM DALECTURE, c’était vraiment ouf, merci à Rorschach pour l’invitation ! Merci aussi à LES DIMANCHES ELECTRONIQUES, MAD BRAINS etc… Puis toutes nos soirées et après-midis avec ma famille, la Solar Family, que je remercierais jamais assez ! Je finis l’année avec un podcast sur Fresh Flavour et une date qui s’annonce vraiment folle : le 16 décembre à La Garsouille avec Rorschach et Nico.B, où je reviens jouer à Caen pour voir les copains normands, la fête s’annonce très bonne ! Pour 2017, je commence l’année en beauté puisque le 25 Février j’ouvre le bal pour la soirée DISTORTION à Londres, avec une line up assez folle : EXOS, ANTIGONE, FRANÇOIS X et AXEL PICODOT. 2017 sera particulièrement centrée sur Londres, mais avec quelques surprises en Normandie que je ne peux pas divulguer pour le moment, mais qui seront vraiment coooools !!

J’espère qu’en 2017 le son sera encore meilleur, que les gens kifferont de plus en plus et le plus sainement possible.

8/ S’il y a une chose de Normandie qu’on ne peut pas trouver à Paris, ce serait quoi ?

Solar Family, on choisit pas sa famille, fallait que je le dise haha